La mission de chargé d'investissement

Coup de projecteur sur un travail essentiel dans la réalisation de nos missions, celui de chargé d’investissement. Nos chargés d’investissement identifient, analysent et accompagnent les partenaires qui font partie de notre portefeuille d’investissement dans les pays en développement. C’est grâce à ce travail rigoureux, que nous parvenons à venir rapidement en aide à bon nombre de PME et de producteurs en zones rurales, trop souvent oubliés par les systèmes de financements classiques. Pour nous éclairer sur ce rôle-clé au sein d'Alterfin, Michael Mussau, l'un de nos chargés d'investissement basé en Afrique, a répondu à nos questions.

Qu’est-ce que la fonction de chargé d'investissements ?

Être chargé d'investissement, pour un investisseur à impact social comme Alterfin, implique d'aller sur le terrain afin d'analyser de futurs partenaires (ce travail est appelé "due diligence" dans notre jargon) et de trouver des organisations dont la vision et la mission font écho à celles d'Alterfin. Un chargé d'investissement est tenu d'identifier, de filtrer et de constituer un portefeuille de transactions dans lesquelles Alterfin peut investir. Présenter de bonnes opérations au comité d'investissement (CI) n'est pas chose aisée, mais c'est toujours passionnant car c'est l'occasion de se demander si on a fait du bon travail pendant la "due diligence" ou de réfléchir à la possibilité de faire avancer la demande ou non. Si le comité est convaincu de nos opérations, s’ensuit alors une approbation qui a pour conséquence un travail encore plus passionnant : s'assurer que le client utilise les fonds dans le but demandé, qu'il rembourse le prêt, qu'il n'y ait pas de dérive de la mission, et plus durablement, s'assurer qu'il continue de croître.

Michael, tu es basé à Nairobi, au Kenya. Pourquoi est-il important d'être basé localement ?

L'aspect le plus important d'être basé localement est que cela permet d'économiser beaucoup de temps de déplacement pour rencontrer les partenaires. De plus, cela nous aide à trouver un bon équilibre entre vie familiale et soutien nécessaire à nos partenaires. Le contact direct nous aide à établir des liens solides avec les partenaires. Il n'y a également pas de meilleur moyen pour voir la passion qui se dégage de leur entreprise et de les rencontrer physiquement régulièrement.

Comment les partenaires gèrent-ils le COVID et comment Alterfin leur vient-elle en aide ?

Pour la majorité d'entre eux, la période a été éprouvante. Ce qui leur a permis de traverser cette situation a été, dans un premier temps, de respecter les réglementations gouvernementales en matière de distanciation sociale et de gérer les ressources mises à leur disposition avec prudence pour s'assurer que les activités (récolte, production ou transformation) ne soient pas affectées par la pandémie.

Soulignons de surcroit qu'en cas de baisse de production ou d'écoulement par les acheteurs, les producteurs ont fait face à la situation en informant les parties prenantes (principalement les prêteurs) des lacunes potentielles et ont rapidement trouvé des solutions par le dialogue.  Pour certains d'entre eux, une restructuration de prêt de la part d'Alterfin leur a également permis de garder la tête hors de l'eau, ainsi que des adaptations de remboursement.

Quel est ton rôle au CSAF : le Council on Smallholder Agricultural Finance ?

J'ai été nommé avec deux autres collègues comme membres du CSAF, le conseil sur la finance agricole destinée aux petits producteurs. Le CSAF est un conseil sectoriel axé sur la création d’un marché financier prospère, durable et transparent qui répond aux besoins de financement des petites et moyennes entreprises rurales dans les pays en voie de développement. L’objectif du CSAF est d’échanger les connaissances acquises, d’identifier les meilleures pratiques et de créer des normes pour le secteur.

Nos rôles et responsabilités au sein de ce conseil sont de développer et maintenir le plan de travail annuel au niveau régional avec la contribution des membres mondiaux et des représentants régionaux.

Nous sommes également en charge de coordonner les réunions régionales et assurer une structure appropriée au niveau des objectifs, du calendrier et des responsabilités. Nous cherchons également à engager de manière proactive les représentants régionaux de tous les pays membres à participer aux activités précitées. Enfin, nous devons communiquer régulièrement avec les membres mondiaux et comités directeurs régionaux pour assurer le partage d'informations et la coordination.

Les priorités stratégiques sont approuvées au niveau mondial au cours du cycle annuel et sur base des contributions de chaque membre.

Vous souhaitez soutenir les petits producteurs dans les pays en développement durant la période de COVID ?Souscrivez des parts Alterfin !

Toute l'actualité

Login