Alterfin finance le commerce équitable et l'agriculture paysanne
Alterfin finance le commerce équitable et l'agriculture paysanne

Investir dans les petits agriculteurs du Sud

La subsistance de plus de 2 milliards des personnes les plus pauvres de la planète dépend de l’agriculture. Or, dans le secteur de l’agriculture à petite échelle, tant que les termes d’échange leur seront défavorables, les petits producteurs resteront les plus pauvres. Focus sur nos activités dans l’agriculture familiale durable.

Supporter l’agriculture familiale est un moyen de stimuler les économies locales et de combattre l’extrême pauvreté (ODD n°1). Dans ce sens, elle permet également de freiner l’émigration rurale qui, dans des contextes où les alternatives économiques sont inexistantes, contribue à alimenter des croissances urbaines chaotiques. L’agriculture familiale - si elle est bien accompagnée - est également un modèle d’agriculture qui permet à la fois d’améliorer la sécurité alimentaire et nutritionnelle des populations (ODD n°2), tout en maintenant les ressources naturelles dans la durée (ODD n°13 et n°15). C’est pour ces raisons qu’Alterfin s’est engagée, au-delà du soutien à la microfinance, dans le financement de l’agriculture
familiale durable.

Alterfin finance des organisations engagées dans une activité agricole durable, soucieuses de leur impact social et environnemental. Grâce aux prêts fournis par Alterfin, ces organisations peuvent préfinancer la récolte des producteurs, ce qui leur garantit une mise en culture de leurs terres suivant le calendrier agricole. En outre, la relation tissée entre les organisations agricoles et les producteurs assure à ces derniers un accès au marché. Ainsi, en collectant et transformant les productions agricoles de petits paysans, l’organisation négocie des volumes plus importants auprès de ses acheteurs. Le rapport de force sur le marché est rééquilibré, permettant aux petits producteurs de recevoir un prix plus élevé pour leur récolte et de vivre de leur travail (ODD n°8 et n°10). En complément de ces prêts à court terme, destinés à la campagne agricole, Alterfin fournit
également des financements à long terme qui permettent à ces organisations d’investir dans des infrastructures, telles que des outils de transformation des produits agricoles récoltés auprès des
producteurs.

Nos investissements dans l’agriculture durable en 2016

Fin 2016, les investissements auprès d’organisations de producteurs ou d’entreprises orientées vers l’agriculture paysanne s’élevaient à
29,6 millions d’euros, représentant ainsi 44% de l’ensemble des investissements gérés par Alterfin. De plus, en incluant l’ensemble
des fonds qu’elle gère, Alterfin a déboursé 28 millions d’euros auprès des organisations agricoles pendant l’année 2016. Ces financements sont répartis auprès de 69 partenaires, dont 52 en Amérique latine, 15 en Afrique 1 en Asie du Sud-Est et 1 au Moyen-Orient.


19 produits agricoles financés

Alterfin finance 19 produits agricoles. Le café reste le principal produit financé représentant 18% des investissements gérés
par Alterfin. Depuis 2013, Alterfin a oeuvré à la diversification et la réduction de la proportion d’investissement dans le café (plus de 30%
en 2013). Une proportion importante de nos investissements est donc également destinée au secteur du cacao (8%). Viennent ensuite le sésame (3%), le miel (3%), et le vin (2%). Parmi l’ensemble des autres produits, on retrouve notamment des fruits et légumes, du riz, des noix, du sucre de canne, de l’huile d’olive, du quinoa, du textile (laine d’alpaga), de la tara, du lait et du soja. Notons également qu’Alterfin a renforcé en 2016 ses partenariats avec des organisations dont la production agricole est destinée au marché local. La souveraineté alimentaire constitue en effet un défi pour de nombreux pays du Sud, raison pour laquelle appuyer les capacités de production nationales qui alimentent les circuits de distribution locales prend tout son sens. Le secteur de la riziculture au Sénégal et la pulpe de mangues au Kenya, tous deux réservés aux marchés locaux, font ainsi l’objet d’investissements de la part. d’Alterfin. Ensemble, ces investissements s’élevaient à 720.000 euros à fin 2016.

Quel type de partenaires Alterfin finance-t-elle ?

Bien qu’historiquement Alterfin ait largement soutenu des organisations actives dans le circuit du commerce équitable, nous finançons également des organisations qui ne bénéficient pas de certifications mais qui adoptent des pratiques respectueuses de l’Homme et de l’environnement. Parallèlement, tandis que les partenaires d’Alterfin dans le secteur de l’agriculture durable furent principalement des coopératives
d’agriculteurs dans les années 2000, Alterfin se tourne désormais aussi vers des Petites et Moyennes Entreprises (PME) orientées vers l’agriculture paysanne, qui travaillent avec de petits agriculteurs et apportent une valeur ajoutée aux producteurs du Sud. Ces entreprises sont généralement trop grandes pour bénéficier de la microfinance mais trop petites pour bénéficier de crédits de banques
commerciales.

Performance sociale de nos partenaires en agriculture durable

Fin 2016, 38 organisations partenaires ont partagé leurs résultats sociaux. Celles-ci représentent près de 69.736 producteurs,
dont plus de 20.000 femmes agricultrices et près de 2.100 employés permanents. Collectivement, leurs ventes s’élevaient à 369 millions d’euros en 2016 dont 66% étaient certifiées (issues du commerce équitable et/ou issues de l’agriculture biologique ou ayant un autre type de certification tel que Utz ou Rainforest Alliance) (ODD n°12).

Assurer l’avenir grâce aux primes du commerce équitable

En plus du prix minimum, les acheteurs du commerce équitable acceptent également de payer une prime. Le montant total qui a été accordé à nos partenaires ‘fair trade’ comme prime du commerce équitable s’élève en 2016 à 15,5 millions d’euros. L’utilisation des primes est décidée démocratiquement par les producteurs au sein de l’organisation des agriculteurs. En 2016, les primes ont principalement été reversées aux producteurs (41%) mais une grande partie a également été utilisée pour améliorer les infrastructures (33%), améliorer la qualité des productions et assurer les certifications (17%) ou encore dans des projets liés à l’éducation (3%) ou à la santé (2%).


Plus qu’une relation d’affaires

Nos partenaires dans le secteur de l’agriculture durable entendent fonder des relations de long terme avec les agriculteurs, en témoignent plusieurs aspects clés de ces relations. Une très large majorité de nos partenaires offrent aux producteurs des services supplémentaires à la collecte et
transformation des produits récoltés. Ainsi, 91% fournissent une assistance technique pour accompagner les producteurs et
leur permettre de cultiver des produits de meilleure qualité mais aussi obtenir de meilleurs rendements. Plus de 80% leur offrent également des services financiers, contribution essentielle pour les agriculteurs dont les investissements en amont de la campagne agricole sont souvent élevés.
Notons aussi que les producteurs bénéficient souvent d’apports en nature, tels que des semences ou des engrais. Enfin, il existe divers services d’éducation, de soins de santé, des projets pour les femmes ou la communauté, tous octroyés par l’organisation qui entend ainsi contribuer plus largement à l’amélioration de la qualité de vie des agriculteurs et de leurs familles.