CPC : le moteur économique éthique et caféiné du Laos

Dans un souci continuel de contribuer à un monde plus juste et solidaire, Alterfin a fait le choix réfléchi en 2009 de soutenir la Coopérative de producteurs de café du Plateau des Bolaven (CPC) au Laos. Depuis sa création, cette dernière n’a eu de cesse d’impacter socialement et environnementalement la vie des communautés locales grâce à la production de café certifié.

Leur mission :

CPC représente la "voix des petits producteurs de café du plateau des Bolovens" tant au niveau gouvernemental que des organes de gestion, localement et internationalement. La coopérative prodigue également de l’aide technique et promeut le savoir-faire des producteurs de par-delà les frontières.

L’idée que le café puisse être une spécialité laotienne peut paraître étrange mais c’est effectivement le cas depuis le début du 20e siècle lorsqu’il fut importé par les Français. Le pays revendique depuis un savoir-faire de plus d’1 siècle !

Historiquement, le café laotien a véritablement décollé suite à de mauvaises récoltes de café brésilien due à des gelées conduisant à une augmentation spectaculaire du prix café et amenant à une forte exportation du café laotien milieu des années 90.

Exclusivement détenue par ses membres, CPC compte aujourd’hui 968 producteurs tous certifiés Fairtrade (équitables) et biologiques. Ces derniers sont représentés par des chefs de groupe désignés lors de l'Assemblée Générale et les familles-membres représentent près de 20% des familles de caféiculteurs des Bolaven.

Située au sud du Laos, CPC se démarque comme étant la seule société à proposer du café certifié sur tout le territoire. La coopérative a également participé activement à la mise en place de l'Organisme laotien de Certification du Commerce équitable.

Mais ce travail de certification et de reconnaissance ne s’est pas fait sans une rigueur incroyable. Pour répondre à l’exigence de la qualité du café, chaque groupe et chaque agriculteur individuel a reçu et reçoit régulièrement une formation standard sur les certifications et méthodes de production biologique.

Pour s’assurer du bon respect des règles en vigueur, le département technique de la coopérative effectue en son sein des contrôles avant le début de chaque récolte et les organismes de certification externes effectuent une analyse chimique plus détaillée des groupes agricoles.

Enfin, chaque lot de café prêt à l'exportation est étiqueté selon les normes biologiques mentionnant les origines du café afin d’assurer la traçabilité.

L’impact de CPC

Le côté fascinant de ce partenaire réside dans la philosophie sur laquelle repose tout son fonctionnement. Afin d’impacter les communautés locales et de prendre soin de l’environnement, la CPC fonctionne sur le recyclage perpétuel de ses bénéfices. En résumé, tout revient à ceux qui nous nourrissent : la terre, la nature et ses petits travailleurs, les petits caféiculteurs et leur famille.

Au niveau social

Fidèle à sa mission, la CPC tient à renforcer les connaissances des agriculteurs locaux en matière de pratiques agricoles durables par le biais du processus de certification.

Grâce à la certification Fairtrade, le prix payé aux agriculteurs de la CPC est lié au prix minimum du café calculé par le commerce équitable. Cela présente l’avantage indéniable d’assurer un revenu minimum en cas de chute des prix. Ce revenu minimum permet de couvrir les coûts de production et donc d'assurer aux producteurs un revenu minimum pour subvenir aux besoins de leur famille. 

La certification Fairtrade présente comme autre avantage de verser une prime à ses membres. La coopérative, ici encore, fait le choix de redistribuer cette prime auprès de ses producteurs. Les producteurs qui participent au commerce équitable reçoivent ainsi une prime en plus du prix de vente.

Ce paiement, dont le montant est calculé et fixé à partir des directives de Fairtrade International, permet aux membres de la coopérative ou au conseil élu par les producteurs, de décider démocratiquement de son utilisation. 

Dans le cas de CPC, cette prime est notamment utilisée dans des formations sur la certification biologique et le commerce équitable. De manière continue, CPC propose des formations en agronomie (par exemple, traitement humide, mesures d'amélioration de la qualité, engrais organiques) ainsi qu’en gestion (par exemple, comptabilité, gouvernance des groupes villageois). Depuis 2014, un centre de formation a d’ailleurs été mis à disposition sur le site de l'usine. Cependant, compte tenu des difficultés de déplacement des agriculteurs, la plupart des formations se déroulent sur le terrain.

Outre les services officiels de la coopérative, 66% des groupes membres ont également commencé à offrir des services de microfinance par le biais des primes du commerce équitable de chaque groupe à des taux d'intérêt attractifs de 1 à 2% par mois.

Au niveau commercial, la CPC a permis de propulser le café sur des marchés de plus grande valeur (commerce équitable, biologique) auxquels les agriculteurs n'auraient pas accès autrement.

CPC participe activement à la représentation des intérêts des agriculteurs au niveau gouvernemental par le biais du Conseil laotien du café. La réputation de la CPC étant très forte, elle y joue un rôle-clé.

Par ailleurs, la CPC s’engage de plus en plus dans le développement d'autres communautés en portant des projets sociaux financés par la prime du CE (construction de dispensaire et d'écoles et soutenus par des partenaires de longue date comme Malongo). Ainsi, en 2017-2018, CPC a construit pour la première fois sans soutien extérieur 3 écoles et a dépensé au total environ 160 000 USD de sa prime FairTrade pour des projets en dehors des agriculteurs de CPC.

Au cours de 2018-2019, la coopérative a financé entièrement 1 école, 1 école de miel, a fourni des équipements sportifs à plusieurs écoles et est venue en soutien aux victimes d'inondations.

Au niveau environnemental

Les membres de la CPC produisent du café biologique et n'utilisent pas d'engrais chimiques ni de pesticides.  La production elle-même est donc globalement inoffensive pour l'environnement. La coopérative utilise des sources d'eau naturelles et n'a pas recours à des systèmes d'irrigation.

Pour le traitement dans les stations de lavage, la coopérative a pris des mesures adéquates en pilotant des machines à consommation d'eau réduite et des installations autonomes pour réutiliser l'eau. Ces dernières ayant fait leurs preuves sans ralentir la capacité de lavage des machines, la coopérative à améliorer l'installation en 2019 et prévoit de les déployer à tous les groupes.

L'électricité quant à elle utilisée pour le lavage et le décorticage provient principalement des activités du barrage.

Pour finir, au niveau logistique, la CPC a renforcé ses installations en construisant 40 centres de traitement et une usine de café. L'usine s'occupe de la production, du stockage, du tri et du conditionnement du café vert pour l'exportation et dispose d'une installation de torréfaction pour le café de qualité destiné aux marchés intérieurs. L'usine dispose d’un laboratoire pour la dégustation du café. Depuis 2017-2018, la CPC a mis en place un site de production d'engrais biologiques afin de proposer des engrais bon marché à ses membres et d'ouvrir une autre source de revenus.

Les engrais biologiques sont également utilisés à des fins d’avances en nature.

 

Certifications

 

Si vous désirez renforcer votre soutien auprès des petits producteurs de café laotiens ou si vous désirez à votre tour devenir coopérateurs afin de soutenir CPC et des milliers d’autres petits producteurs dans les pays en développement, souscrivez des parts Alterfin !

Découvrez ou re-découvrez en replay leur intervention live lors de notre Webinar sur la certification fairtrade ainsi que toutes les questions et réponses de notre événement !

Toute l'actualité

Login