Les premiers crédits d’Alterfin

Alterfin a commencé en force avec ses premiers crédits octroyés aux partenaires dans les pays en développement. Depuis cette période, Alterfin met en oeuvre sa mission : favoriser l’accès aux services financiers à des personnes socialement et économiquement défavorisés.

Premiers prêts

C’est en 1995 qu’Alterfin octroie son premier prêt à l’attention de la coopérative chilienne de vin « Los Perales ». Suivront cette même année un partenaire péruvien et un équatorien. Les premiers partenaires sont des coopératives de producteurs actifs dans le commerce équitable. Le financement des institutions de microfinance et l’ouverture vers les autres continents commencent peu de temps après.

Les citoyens suivent le mouvement

Très rapidement, le CA et les fondateurs se rendent compte que les fonds nécessaires au financement des projets viennent à manquer. Il faut augmenter le capital social ; c’est pourquoi les parts de coopérateurs sont mises à la disposition des particuliers dès 1995.

Cette décision est une étape importante dans l’histoire de la coopérative. Selon Jan et Hugo, « c’est une étape à marquer d’une pierre blanche ».

Alterfin prend forme

Pour récolter du capital, Alterfin peut compter sur le soutien de la banque Triodos. Lorsqu’Hugo et Bart promeuvent les comptes épargne « Nord-Sud », Alterfin reçoit une commission. Et vice-versa, quand les épargnants Triodos deviennent coopérateurs d’Alterfin, ils bénéficient d’un taux d’intérêt plus avantageux sur leur compte d’épargne Triodos. A cette époque, la croissance d’Alterfin se fait « tranquillement, toujours en lien avec les capacités internes », raconte Hugo.

Alterfin grandit !

Les premières années, Alterfin est en déficit car elle doit couvrir les frais de démarrage, situation typique pour toute entreprise qui débute. Mais à partir de 1997, les recettes d’Alterfin réussissent à couvrir les coûts opérationnels. Et c’est en 1998 qu’Alterfin connaît ses premiers bénéfices. En 2001, le premier dividende de 1,5% est distribué aux coopérateurs.

Quant au CA, sa composition évolue avec le temps ; en 1998, l’ONG SOS Faim rejoint le CA d’Alterfin, aux côtés de Vredeseilanden et de la Banque Triodos. Ces trois organisations y sont encore représentées aujourd’hui.

Alterfin compte en outre de plus en plus de coopérateurs particuliers qui désirent être représentés dans ce CA. Aujourd’hui, celui-ci compte huit personnes, dont trois représentent les coopérateurs particuliers et deux membres sont indépendants.

Alterfin grandit et ses financements dans les pays en développement aussi ! Découvrez comment les activités se sont développées dans le Sud dans nos prochaines publications.

Quelques chiffres-clés

Notre présence dans le monde

La création d'Alterfin

Notre vision et origines

La ligne du temps d'Alterfin

Toute l'actualité

Login