Ecookim : une union durable

Produit: 
Cacao

En 2011, Alterfin finançait pour la première fois l’organisation Ecookim en Côte d'Ivoire. A l’époque, cette union comptait sept coopératives de cacao avec plus de 3.000 producteurs.

Depuis sa création en 2004, Ecookim a accueilli de nouvelles coopératives actives dans les secteurs du cacao, du café et des noix de cajou pour atteindre un total de 23 coopératives membres en 2014. Ce sont plus de 10.000 producteurs qui bénéficient aujourd’hui du soutien d’Ecookim.

Tout le monde est gagnant

La tâche principale d’Ecookim est la commercialisation et l’exportation des fèves de cacao ; elle mène cette mission avec l’objectif d’augmenter les revenus des agriculteurs et d’améliorer la position des petits producteurs dans la filière cacao. L’achat groupé des intrants (engrais, produits phytosanitaires, sacs, etc.) et des services (transport, usine de traitement, etc.) sont organisés par Ecookim.


Ecookim fournit aussi un soutien opérationnel aux coopératives et propose une assistance technique aux producteurs. Cela se traduit par une structure bien définie des coopératives (comprenant un C.A., un directeur et un comptable) et ses membres jouissent de formations.

Mamadou Bamba, Directeur Général d’Ecookim, nous raconte : « Pour les petites coopératives, un grand avantage à travailler avec nous est qu’elles ne doivent plus se soucier de la vente de leurs fèves de cacao sur le marché, nous nous en chargeons, sans autres intermédiaires. »

Le commerce équitable au service des producteurs

Ecookim s’est lancée dans le commerce équitable en 2010. Elle a aidé ses membres à obtenir un label du commerce équitable (FLO, UTZ, Rainforest Alliance) et plus de trois quarts de la dernière récolte ont été vendus sur les marchés certifiés. Grâce à ces labels, les producteurs perçoivent des primes qui s’ajoutent au prix minimum en cours sur le marché international.

Les primes perçues en 2014 (plus de 1.500.000 euros) seront utilisées, entre autres, pour financer la géolocalisation des paysans, l'assistance technique aux producteurs et une unité de conditionnement et stockage.

Le soutien d’Alterfin

Par le passé, Ecookim dépendait principalement des financements fournis par les acheteurs locaux, ce qui mettait l'organisation dans une position de négociation plus faible.

Monsieur Bamba se souvient des débuts d’Ecookim et apprécie pour cela d’autant plus le présent : « Depuis 2011, grâce aux financements d’Alterfin et de Fefisol, Ecookim peut réaliser une grande partie de ses ventes sans dépendre des acheteurs locaux. Aujourd’hui, la plupart des fèves sont vendues à de meilleures conditions sur le marché d'exportation. »

En 2011, Alterfin était le premier financier international d’Ecookim. Depuis, Ecookim est toujours partenaire et sa ligne de crédit est renouvelée et augmentée chaque année.

Grâce à ces prêts, Alterfin souhaite continuer à soutenir Ecookim dans son objectif de développer davantage ses activités et de contribuer ainsi à l'amélioration des conditions de vie de milliers de paysans en Côte d'Ivoire.

La Côte d’Ivoire est le premier producteur mondial de cacao avec près de 40% de la production mondiale. Le cacao est presque exclusivement produit sur de petites exploitations et plus d’un million de familles dans le pays dépendent du revenu du cacao.

Retour