Replay de notre Webinar de juin et questions et réponses

Notre Webinar s'est bien déroulé le 23 juin et nous a permis de vous apporter des éclaircissements et information sur les meilleures façons d'optimiser votre investissements Alterfin. Il nous a également permis d'illustrer notre mission par la présentation de deux partenaires :

  • Fundación ESPOIR une institution de microfinance en Equateur dont 82 % des clients sont des femmes
  • Café Orgánico Marcala Sociedad Anónima (COMSA), un partenaire en agriculture au Honduras qui commercialise du café biologique de qualité depuis 20 ans.

RETROUVEZ NOTRE WEBINAR EN REPLAY :

N'oubliez pas d'activer les sous-titres en cliquant sur l'icône suivante de votre lecteur : 

CHAPITRES :

QUESTIONS ET RÉPONSES POSÉES LORS DE L'ÉVÈNEMENT :

PARTIE FINANCIÈRE :

Maximiser son avantage fiscal

Concernant les couples, afin de bénéficier d'un avantage fiscal maximal, est-il possible de souscrire 106 parts au nom de chaque représentant et d'ainsi bénéficier d'un double avantage fiscal ?

La réduction d’impôt est plafonnée à 330 euros en 2021 ce qui correspond pour Alterfin à un investissement de 6 625,00 euros (ou 106 parts). Vous restez bien entendu libre d'investir un montant plus élevé. Pour optimiser l’avantage fiscal lorsque vous êtes en couple, il est possible d’investir une première fois 106 parts, au nom du premier représentant et 106 parts additionnelles au nom du second, afin de bénéficier deux fois de l’avantage fiscal. 

Recyclage

Concernant les parts de plus de 5 ans, la technique de recyclage qui consiste en une sortie et une re-entrée de capital durant les 6 premiers mois de l'année afin d'à nouveau bénéficier de l'avantage fiscal sur ce capital n'est-elle pas trop fastidieuse et/ou problématique pour la coopérative comme pour le coopérateur ?

Nous ne pensons pas que cela soit un problème. Le capital social d'Alterfin, bien sûr, est réparti entre des milliers de coopérateurs, de sorte que si certains coopérateurs effectuent cette opération de recyclage la liquidité d'Alterfin n’en est pas affectée. Ce n'est donc pas un problème du tout et ce n’est pas gênant. Le seul "inconvénient" est qu’on ne peut pas automatiser cette procédure. Nous vous conseillons également d'opérer dans un délai assez court, donc de sortir et de re-rentrer votre capital dans la foulée. Soulignons que cette opération reste un énorme avantage pour les coopérateurs et qu'Alterfin est heureuse de pouvoir y contribuer.

Optimiser les impôts, n'est-ce pas un peu en contradiction avec le concept d’investissement éthique ? 

Le système fiscal belge est relativement complexe mais il est nécessaire d'y contribuer pour une certaine justice fiscale. Cependant, à partir du moment où les impôts sur les sociétés sont payés au niveau d’Alterfin, il revient ensuite à chaque coopérateur, de vouloir optimiser son avantage fiscal en fonction de ses propres valeurs. C’est donc à chaque coopérateur de faire son choix.

Quand puis-je déclarer la souscription de parts pour bénéficier de l'avantage fiscal ?

Si vous investissez, par exemple en 2021, vous devrez le déclarer l'année suivante, en 2022. La déclaration n'est donc faite qu'une seule fois.
Maintenant, supposons que vous effectuiez une sortie de capital avant la fin de la période des 5 ans (ou des 60 mois), vous devrez alors le déclarer  l'année de cette sortie. Une compensation sera ensuite demandée au prorata du nombre d'années où vous étiez détenteur de ces parts Alterfin.

Sachant que le plafond pour cet avantage fiscal est fixé à 330 euros, est-il possible d'investir dans de nouvelles parts cette année ?

Ce plafond de 330 euros est lié à l’investissement annuel, donc vous pouvez effectivement investir chaque année et chaque année bénéficier de l’avantage fiscal. Il est donc tout à fait possible d’investir dans de nouvelles parts en 2021.

Quel est le cadre relatif à cet avantage fiscal dans la déclaration d'impôt ?

Le cadre relatif à cet avantage est le 1323-35.

PRÉSENTATION DES PARTENAIRES

Que signifie "Missing Middle" ?

Certaines institutions dans la microfinance vont jusqu'à 50 000, 60 000, disons 100 000 dollars, pour les gros clients. Les banques commerciales, dans les pays où nous travaillons, ne vont jamais aussi bas. Elles préfèrent se concentrer sur des prêts tournant autours d'un demi-million de dollars. Cela signifie en fait qu'il existe un "Missing Middle" entre, d'une part, les clients servis par les institutions de microfinance, jusqu'à 100 000 dollars environ, et, d'autre part, les clients servis par les banques commerciales. Et c'est exactement là qu'intervient Alterfin. Si nous regardons le prêt moyen d'Alterfin à nos partenaires, il est d'environ 500 000 euros. Soulignons de plus qu'il y a aussi une différence entre le secteur de l'agriculture et celui de la microfinance. Dans l'agriculture, nous sommes nettement plus bas. Le montant moyen versé à nos partenaires agricoles est de 340 000 euros, tandis que dans le domaine de la microfinance, nous sommes légèrement au-dessus, à 650 000 euros. Ce problème du "Missing Middle" est encore plus important dans le secteur de l'agriculture.

Les agriculteurs de COMSA obtiennent-ils de meilleurs prix que ceux pratiqués sur le marché ?

C'est effectivement le cas, COMSA vend du café de très bonne qualité, et est également actif sur les marchés certifiés, tels que le commerce équitable et l'agriculture biologique. Ils sont donc en mesure de négocier de meilleurs prix avec les acheteurs. En moyenne, COMSA paie les agriculteurs 15% au dessus du marché hondurien.
En plus du prix, il y a aussi d'autres avantages, comme l'octroi d'engrais biologiques aux agriculteurs, un soutien dans divers projets comme l'éducation.
N'oublions pas que les agriculteurs sont propriétaires de la coopérative COMSA et que, par conséquent, tout bénéfice généré par la société peut-être partagé entre les différents produteurs.

Toute l'actualité

Login