Témoignages de coopérateurs d'Alterfin

En lisant régulièrement le "MO-Magazine" (Magazine des Magasins Oxfam), je suis tombé plusieurs fois sur la publicité d'Alterfin.  En tant qu'employé d'Oxfam, je suis conscient des problèmes de financement des projets, des coopératives et des producteurs dans les pays en développement. Les rapports de Rikolto sont aussi inspirants. La coopération durable au développement, au sens large du terme, est un thème qui m'a toujours intéressé.

En être conscient est une chose, agir en est une autre. Nous réfléchissions depuis longtemps à un investissement durable et éthique et l'année dernière, nous avons décidé de souscrire des parts Alterfin. Nous avons d'abord lu attentivement le site web, puis avons rapidement pris notre décision.

La façon dont Alterfin investit a un grand impact sur la qualité de vie de nombreux petits producteurs qui travaillent dur. L’impact social et environnemental de chaque investissement est localement analysé, ce qui est précieux. Chaque millier d'euro que nous mettons à la disposition d'Alterfin peut faire toute la différence pour les gens dans les pays en développement. Les économies que nous investissons sont sans aucun doute utilisées à bon escient.

Nous savons également que les habitants des pays en développement sont très vulnérables aux changements climatiques et aux épidémies. L'agriculture est très sensible aux variations climatiques et aux problèmes qui y sont liés. Dans de très nombreuses régions, il y a un grand manque de soins de santé de qualité.  En ces temps de coronavirus, associés aux problèmes climatiques, il est plus important que jamais de soutenir les producteurs et leurs familles.

Cela fait des années que nous offrons à nos enfants et petits-enfants un "Oxfam package" comme cadeau à Noël. Le moment idéal pour méditer sur l’écart entre les pays en développement et ceux du Nord. Je suis entretemps devenu coopérateur et avec mon épouse, nous avons pensé que ce serait une bonne idée que nos enfants (avec un petit coup de pouce de notre part) le deviennent aussi. Nous sommes à présent tous coopérateurs au sein d’une même famille. (Et qui sait nos 7 petits-enfants seront-ils aussi intéressés ?). Ma femme et moi sommes tous deux bénévoles chez Oxfam. Les chèques-cadeaux d’Oxfam reçus d’Alterfin seront bientôt utilisés dans notre boutique. Et lorsque nous avons reçu le paquet cadeau d'Oxfam suite à l’action de fin d’année « Bring a Friend », nous avons pu profiter pleinement des produits issus du commerce équitable.

- Luk Fabry, coopérateur depuis 2020


Mon engagement prend sa source dans un projet au Mali de l'asbl Kattendans (voir www.kattendans.be). Cela fait déjà 15 ans que nous travaillons à Nalou, un village isolé dogon, au renforcement de l’autonomisation de la population. La dernière phase du projet vise l'autonomie complète par l'introduction d'une agriculture familiale et durable. À cette fin, nous avons investi dans la construction d'un bassin d’orage qui servira à exploiter les terres autour du barrage. Après la saison des pluies, il sera dès lors possible de planter des potagers et les revenus supplémentaires devraient permettre de financer les frais de fonctionnement de l'école et du centre médical. La question est aujourd’hui de savoir comment les villageois vont s'organiser pour atteindre cet objectif. Une bonne organisation est importante pour le succès du projet. Nous avons constaté que les gens ont du mal à mettre leurs intérêts personnels de côté. C'est pourquoi je m'intéresse depuis un certain temps aux différentes formes de coopératives, à l'agriculture durable et la microfinance.

La deuxième raison est que je cherchais depuis longtemps un investissement pour mes économies qui fasse sens. Les investissements durables dans les grandes banques ne me séduisent pas car personnellement, leur engagement en matière de durabilité ne va pas assez loin. Je suis prête à prendre des risques quand la cause me semble noble et non dans le but unique de faire fructifier mon argent.

La crise du coronavirus montre une fois de plus que le fossé entre riches et pauvres ne cesse de se creuser. Surtout lorsqu'il s'agit de soins de santé. Manque de matériel médical, manque de tests et de lits … Et cette question : "Quand donc la population des pays en développement sera-t-elle vaccinée ?". Il est de notre intérêt de renforcer leur autonomie et ce dans tous les domaines.

De plus, l’appui sur les Objectifs de Développement Durables émis par l’ONU comme moteur est primordial pour l'avenir de la planète entière. Je veux croire en une société solidaire, dans les pays du Nord comme dans les pays en développement. La mission et l'engagement d'Alterfin s'inscrivent parfaitement dans cette optique. Le Mali n'est pas encore dans leur champ d'action mais le deviendra probablement dans le futur !

J'ai d’ailleurs recommandé Alterfin à des amis qui ont quelques économies et qui soutiennent notre projet mais surtout qui sont conscients des préoccupations des pays en développement.

- Marie Jeanne Vantuykom, coopératrice depuis 2020


Mes parents étaient fort engagés dans les causes sociales et humanitaires. Mon père est un pionnier de l'agroécologie en Afrique subsaharienne, au sujet de laquelle il a écrit divers ouvrages. J'ai donc baigné dans cette ambiance de soutien aux plus fragiles, plus particulièrement en Afrique.

Il est, de mon point de vue, important de contribuer à l'autonomie financière des personnes en difficultés, particulièrement dans le domaine agricole, dans des pays où la vie s’avère plus laborieuse, en partie à cause des politiques occidentales. J'ai la chance d'avoir conservé mon salaire durant la crise sanitaire. Il est donc logique de soutenir ceux qui n'ont pas la chance d'en avoir un ou qui n’ont recours à aucun filet de sécurité financier.

Investir dans des parts Alterfin représente toujours un petit risque, mais le jeu en vaut la chandelle.

La coopérative semble de surcroit bénéficier d'une gestion saine. Et il est possible d’investir sans que ce ne soit pour autant des montants faramineux. Ce sont les petites sommes qui font parfois une grosse différence pour certains.

Chaque petit pas compte pour évoluer vers une économie plus inclusive, durable et solidaire. Mais quelques millions d'euros ne suffiront pas pour changer un système libéral ultra-destructeur de la planète et créateur d'inégalités... C’est pourquoi, je crois en la collaboration, la solidarité mondiale, car seul on va plus vite, mais ensemble on va plus loin. Ce dont la frange minoritaire très riche des habitants de cette planète doit encore prendre conscience.

Même si je soutiens d'autres causes, je recommande sans nul doute la souscription de parts Alterfin.

- Damien Dupriez, coopérateur depuis 2010


J’ai connu Alterfin en faisant mes recherches sur les acteurs de la finance durable en Belgique au sortir de mes études. Depuis mes 16 ans après un séjour d’immersion et d’échanges au Burkina Faso, j’ai ressenti le besoin de consacrer mon engagement professionnel à un projet qui fait sens, et qui contribue à rendre ce monde plus juste et plus solidaire. C’est grâce à mes études de sciences économiques que je me suis intéressée à la finance durable comme moyen pour réduire les inégalités mondiales en permettant à des projets sociaux et environnementaux de trouver les ressources financières pour se développer.

Personnellement, je pense que cela fait sens qu'Alterfin soit une coopérative. De cette manière, loin d’être un simple appui financier, les individus et institutions qui soutiennent le projet sont également impliquées dans le processus décisionnel et peuvent donner leur avis sur le futur de la coopérative et la stratégie d’action.

Les secteurs qu’Alterfin soutient, la microfinance et l’agriculture familiale et durable, sont pour moi deux secteurs cruciaux pour le développement des populations locales.

C’est en offrant le soutien financier nécessaire au public bénéficiaire via l’octroi d’un microcrédit ou en permettant le regroupement d’institutions dans la vente de productions agricoles, que les choses pourront véritablement avancer.

La crise sanitaire, qui creuse encore les inégalités entre les plus démunis et les mieux lotis, nous prouve la nécessité d’être solidaires et de s’engager pour un monde plus juste. C’est surtout dans une situation comme celle-ci que notre soutien à des acteurs comme Alterfin devient déterminant. Bien entendu, il reste primordial de continuer à soutenir de tels projets dans la durée, car les retombées de cette crise se feront sentir au niveau social, économique, environnemental encore de nombreuses années, dans un monde déjà inégalitaire.

J’ai évidemment consulté le prospectus avant d’investir dans des parts de coopérateurs, pour comprendre le risque inhérent à ce type d’investissement.

Les avantages d’un investissement en parts d’Alterfin sont multiples. Tout d’abord je dirais la conviction de l’impact direct de cet investissement car Alterfin prête cet argent directement à des structures actives en microfinance et agriculture durable. C’est une excellente alternative à l’épargne en banques classiques qui ne peuvent pour la plupart pas prouver des pratiques très éthiques… Ensuite je dirais que cet investissement est abordable car il est possible de devenir coopérateur dès la souscription d’une seule part de 62,5 euros ! Ensuite, il y a certains avantages financiers comme la réduction d’impôt et un éventuel versement de dividendes.

C’est pour toutes ces raisons que j’ai déjà recommandé la souscription de parts dans mon entourage ! Comme je le disais, c’est une excellente alternative aux placements en banque, et il ne faut pas investir de grandes sommes pour devenir coopérateur et soutenir la transition vers un monde plus solidaire et juste !

- Lina Frank, coopératrice depuis 2019


Une de mes amies est coopératrice chez Alterfin. Elle m’a expliqué avec beaucoup d’enthousiasme les actions entreprises et les objectifs poursuivis par la coopérative.

Le fait de pouvoir donner du sens à mon investissement financier est fondamental. J’ai le réel sentiment que cet argent peut changer le quotidien d’un individu ou d’une communauté quelque part dans le monde. Comme la crise sanitaire risque de ne malheureusement pas réduire les inégalités sociales et financières, les micro-investissements s’avèrent être très utiles.

Avant d’investir, j’ai été sur le site web pour me renseigner sur les domaines d’activités et régions dans lesquels Alterfin est engagée. Durant les vacances de fin d’année, j’ai également lu le livre de Muhammad Yunus "Vers un monde sans pauvreté" qui décrit très concrètement l’incroyable levier de développement que représente le microcrédit, le rôle que les femmes y jouent et les hauts taux de remboursements enregistrés.  

Je pense que, grâce à cet investissement, je contribue certainement à réduire les écarts sociaux via la microfinance. Je réfléchis cependant à avoir un engagement plus marqué et à mieux comprendre quels sont les résultats réellement obtenus par Alterfin, par exemple en participant à l’Assemblée Générale.

Investir dans Alterfin, c’est donner à son argent une véritable utilité sociale via un simple et flexible achat de parts puisqu’une seule part ne coûte que 62,5 euros pour les particuliers et que toute sortie peut se faire très simplement sur simple demande.

- Jean-François Damas, coopérateur depuis 2020


Gianni Manunta est coopérateur Alterfin depuis de nombreuses années. Il a tenu à partager son choix d’investir depuis plus de 8 ans dans des parts et nous a expliqué ce qui le pousse à continuer à forcer le changement même en cette période de crise sanitaire. C’est en toute simplicité qu’il raconte cette relation de confiance avec notre coopérative qui s’est constituée avec le temps.

« Venant du monde des chiffres, j’ai ressenti le besoin de la recherche d’un placement financier. Lassé d’une optique purement spéculative, je souhaitais un placement à caractère éthique pour mes économies. Il est devenu, dès lors, naturel de me tourner vers des investissements qui avaient du sens.

L’avantage fiscal de 5%, petit coup de pouce non négligeable, le positionnement d’Alterfin en soutien des économies faibles et le statut de coopérateur ont constitué la rampe de lancement vers Alterfin. 

Alterfin représente également un placement en bon père de famille par son label Finance solidaire ( Financité & Fairfin) qui certifie à l'investisseur que le produit dans lequel il investit génère de l'utilité sociale ou environnementale. 

L’organisation stimule dans les pays en voie de développement, l’entreprenariat, la finance et le soutien dans la recherche de marchés.

En somme, des hommes et des femmes qui soutiennent d’autres personnes en position de faiblesse :  position aggravée dernièrement par les changements climatiques et la pandémie.    

Bien entendu, avant d’investir, je me suis informé sur Alterfin, tout d’abord à travers ses statuts et ses Comptes Annuels disponibles gratuitement auprès de la BCE (Banque-Carrefour des Entreprises) pour ensuite m’abonner à la Lettre d’information.

Je dois également ajouter que la forme de société coopérative qu’a pris le management pour gérer la récolte des fonds semble saine et solide. La formule de l’aide par le biais du financement n’est pas de l’assistance et incite donc le partenaire à atteindre l’équilibre financier dans sa gestion. Je fais d’ailleurs confiance au management qui est vigilant dans ce domaine.

Je recommande de ce fait grandement la souscription de parts Alterfin bien que les dernières années ne soient pas simples. Alterfin, dans le portefeuille du citoyen lambda, reste un investissement alternatif socialement responsable et donc éthique ! »

- Gianni Manunta, coopérateur depuis 2013


« Connaissant une coopératrice chez Alterfin, ma mère, elle m’a parlé de ce que la coopérative faisait dans les pays en voie de développement. J’ai apprécié le fait qu’Alterfin mette en place une forme de financement plus équitable, plus durable et plus respectueux de l’environnement.

Je prends également cela comme une alternative au carnet d’épargne traditionnel. Plutôt que d’épargner dans une banque classique, j’ai choisi Alterfin pour être sûre que mon argent soit utilisé de façon éthique. Je ne voulais pas, malgré moi, financer des projets auxquels je n’adhère pas.

Le fait que ce soit un concept "win-win" permet une forme d’épargne avantageuse tout en apportant quelque chose de concret aux personnes plus précarisées. C’est en ces moments difficiles, comme la période de la COVID, que partager une façon différente d’utiliser ses ressources pour soutenir les pays en développement prend tout son sens.

Comme j’ai la chance de connaître une coopératrice, ma mère, j’ai pu obtenir les informations relatives aux avantages et aux risques éventuels liés à un investissement chez Alterfin. J’ai également lu le folder de présentation sur les 10 raisons d’investir. Ça a fini de me convaincre que j’avais tout à gagner à participer à ce type d’investissement alternatif.

Je recommande vivement la souscription de parts Alterfin, même si mes amis (les jeunes d’une vingtaine d’années) n’ont pas encore forcément les moyens d’épargner.

Je remercie ma mère de m’avoir aidée dans cette démarche car je n’y aurais sans doute pas pensé moi-même. Savoir qu’en plus cela aide des petits producteurs dans les pays en développement me fait doublement plaisir. »

- Margaux Horn, coopératrice depuis 2020


Fervent coopérateur et courageux défenseur d'un mieux produire, pour mieux consommer et vivre, Alec de Selliers de Moranville nous explique l'importance d'investir dans notre coopérative de microfinance.

"Je pense avoir entendu parler d'Alterfin en 2002.
J'ai très rapidement participé aux premières AG. Je suis allé voir les gens, ai parlé avec le directeur.

Ce qui m'a séduit dans le projet de la coopérative c'est qu'Alterfin remplit une fonction essentielle qui est celle de permettre à des gens qui ne pourraient pas avoir accès à du capital, à disposer d'un petit capital qui leur permette de démarrer une activité leur permettant de vivre.
C'est aussi simple que cela mais c'est essentiel.

Ce qui est très important c'est que le système de microfinance permet d'élever le niveau de vie de toute une série de gens.
Un des grands problèmes, bien entendu, est l'éducation : pas celle de savoir comment faire des bilans mais simplement gérer son petit commerce pour qu'on puisse survivre.

Alterfin permet aux populations de survivre et de se nourrir. Alterfin a donc un rôle très important.

Heureusement, il y a une certaine prise de conscience de l'épouvantable destruction qu'entraîne les plantations industrielles.

Il n'y a pas de solution miracle mais investir dans des parts Alterfin c'est participer à un mouvement écologique et aider les petits agriculteurs de par le monde.


C'est l'ADN d'Alterfin, comme on dit !
Ce n'est qu'un début, il faut continuer le combat !"

Découvrez son interview dans son intégralité

- Alec de Selliers de Moranville, coopérateur depuis 2002


"Il est fascinant de suivre ces projets sur le site d'Alterfin et de savoir que je leur apporte mon soutien. D'une certaine manière, cela nous apporte des informations sur le monde qu'il est impossible de trouver ailleurs."

Frank Michiels est coopérateur d'Alterfin depuis de nombreuses années. Il nous explique aujourd'hui ce qui a motivé sa démarche et ce qui le pousse à poursuivre son engagement dans la coopérative.

" Je voulais que mes économies servent à quelque chose, et c'est ainsi que je suis devenu coopérateur en 2001. J'ai découvert Alterfin à l'époque via la plateforme d'ONG 11.11.11..
Jusqu'à aujourd'hui, Alterfin reste un moyen sûr d'économiser. Ma femme et mes deux enfants sont d'ailleurs devenus coopérateurs entretemps et nous avons l'intention de le rester encore longtemps car Alterfin répond à nos préoccupations.

Je pense qu'Alterfin contribue objectivement à construire une économie et une société plus structurées au travers de ses différents partenaires. Les investissements dans le domaine de l'agriculture et du microcrédit soutiennent les producteurs dans leurs projets.
Alterfin sélectionne avec professionnalisme, les projets, les pays et les groupes cibles, et les suit sur le long terme.
Je soutiens également le Fonds de Garantie Alterfin qui permet de donner un coup de pouce à certains partenaires grâce à un soutien technique ou financier, afin de forcer les projets vers plus de réussite.

Cette année, une Alterfin forte est plus que jamais nécessaire, tant pour les partenaires que pour Alterfin elle-même et ses coopérateurs. Essayons de travailler ensemble sur ce point, en tant que coopérateurs et via le Fonds de Garantie Alterfin. "

- Frank Michiels et sa familie, coopérateur depuis 2001


"Lorsque je visite un pays, j’aimerais souvent contribuer à l’économie du pays mais ne sais pas comment m’y prendre. Pour moi, investir dans des parts Alterfin est une réponse."

Foto vennote


"Je pense que le système de microcrédit est un moyen d'investissement solidaire et durable car il est basé sur une situation gagnant-gagnant. D'une part, les objectifs sociaux locaux sont atteints et, d'autre part, vous vous inscrivez en tant qu'investisseur pour des avantages sociaux et financiers. Pour moi personnellement, l'accent peut être mis davantage sur l'impact social que, par exemple, sur un avantage fiscal.

J'aime voyager et suis souvent impressionnée par la différence entre pays. Lorsque je visite un pays, j’aimerais souvent contribuer à l’économie du pays mais ne sais pas comment m’y prendre. Pour moi, investir dans des parts Alterfin est une réponse. Je recommanderais donc sans hésiter d'investir dans des parts Alterfin pour ainsi faire la différence tous ensemble!"

- Xanthippe Van De Genachte, coopératrice depuis 2020

 



"Le fait que mon argent peut être utilisé pour soutenir des petites exploitations et des producteurs à visage humain m’a immédiatement convaincu."


"Mon premier contact avec Alterfin a été professionnel, en tant que consultant développeur informatique. Quand je me suis renseigné sur la coopérative, j’ai immédiatement été séduit par le type d’investissement proposé ainsi que par ses projets.

Pourquoi mettre son argent dans de grosses sociétés quand il y a tellement d'opportunités d'investir dans de plus petites structures dont le but est de soutenir le commerce éthique et l'agriculture durable ? Je n'ai jamais eu envie d'investir mon argent dans de grands noms en bourse. En revanche, voir qu'il peut être utilisé pour soutenir des petites exploitations et des producteurs à visage humain m’a définitivement convaincu."

- Pascal Lemmens, coopérateur depuis 2020




"Pour nos enfants... L’idée que leurs économies peuvent aider des personnes à réaliser leurs propres projets les interpelle"

En tant que parent, vous espérez que vos enfants aient un avenir prometteur. Cet avenir ne semble pourtant pas toujours rose. Les  nombreuses actions de protestation menées aux niveaux local et mondial autour de thèmes sociaux et écologiques l’indiquent : une existence digne commence par un changement… maintenant ! L’un de ces changements est d’arrêter de penser que l’épargne doit rapporter un maximum d’argent. L’argent dont vous aurez besoin demain, mais dont vous n’avez pas besoin aujourd’hui, peut déjà faire une si grande différence pour tant de gens dans le Sud. Alors, qu’est-ce qui nous arrête ? "Pour nos enfants, la finance est encore très abstraite. Ce n’est pas non plus vraiment “leur” argent, bien que nous leur ayons laissé choisir en quoi nous placerions leur épargne et que les parts soient à leur nom. Ils ont choisi Alterfin. L’idée que leurs économies peuvent aider des personnes à réaliser leurs propres projets les interpelle. Nous ne savons pas combien de temps s’écoulera avant que nos enfants aient besoin de cet argent, mais en attendant, il peut trouver toute son utilité auprès de petits paysans dans le Sud ...” Ine Van Den Eynde est coopératrice d’Alterfin. Elle a souscrit des parts Alterfin pour ses enfants afin que leurs épargnes puissent déjà servir aux communautés de pays en développement.


"Avoir un impact sur la société en soutenant de nombreuses petites initiatives m’a toujours interpellé"

"En tant que réviseur d’entreprises, j’ai suivi Alterfin depuis ses débuts en 1995 et j’ai pu approuver ses comptes sans réserve durant 21 années. Avoir un impact sur la société en soutenant de nombreuses petites initiatives m’a toujours interpellé. Fournir des microcrédits est le moteur qui donne à ces initiatives le départ nécessaire, tout en concrétisant la fierté, l’estime de soi et la confiance en l’avenir. Un deuxième aspect qui m’attire chez Alterfin est l’idéologie coopérative. De nombreuses petites initiatives sont en effet portées par leurs investisseurs, leurs actionnaires. Les coopérateurs d’Alterfin, déjà plus de 6 000, lancent quant à eux un message clair: nous pouvons faire une différence et contribuer de manière décisive à l’agriculture durable et à la lutte contre la pauvreté, la faim et les inégalités sociales. Peu importe la taille de notre contribution. Enfin, nous ne devons pas oublier le dynamisme de l’équipe Alterfin. Elle travaille avec passion depuis des années pour contribuer à la réalisation de nombreux projets en agriculture durable et dans le développement d’institutions de microfinance en Amérique latine, en Afrique et en Asie. Après avoir achevé mon travail de réviseur pour Alterfin, je suis devenu moi aussi, début 2018, un coopérateur enthousiaste d’Alterfin et compte le rester pour au moins les 20 prochaines années… " Erik Clinck

"C’est un bonheur de contribuer à cette coopérative à portée internationale"

"Si la finance est un énorme ballon baudruche amarré, Alterfin est une montgolfière en mouvement, de taille modeste mais confortable. Dans sa nacelle un travail d’équipe, riche 

famille bédoret

d’humanité. Nous les connaissons un peu, amicalement même. Grâce à leur action, les nacelles au Sud s’inventent aussi en collectif. Notre argent fournit du gaz certifié propice aux liens sociaux. L’argent a toujours une direction quand il n’est pas anonyme car il concrétise des valeurs de vie qui lui procurent du sens. Notre contribution dans Alterfin est bien diversifiée, elle garde une certaine valeur pour des éventuels besoins futurs mais elle a surtout un effet quasi immédiat. Un usage sain qui participe à un monde plus juste, plus solidaire. C’est un bonheur de contribuer à cette coopérative à portée internationale, ce presque fond de pension épris de transparence... il développe loyalement une meilleure répartition des richesses." Famille Bédoret-Lateur

Etienne, Michèle et leurs filles, Floriane et Coline, sont coopérateurs d’Alterfin depuis 2009.


"Le soutien aux pays en voie de développement et l’octroi d’un dividende m’ont tout de suite plu" 

Julien a découvert Alterfin pour la première fois au détour d’une publication en 2009. "Pour moi, la combinaison proposée par Alterfin - le soutien aux pays en voie de développement et l’octroi d’un dividende - m’a tout de suite plu. Je n’ai pas hésité longtemps et suis devenu coopérateur.", se souvient-il. "Depuis que je suis coopérateur, mes parents, mes enfants et mon épouse ont suivi mon exemple. J’ai aussi réussi à convaincre des amis, mais je dois être honnête, l’avantage fiscal y est pour quelque chose." Quand on lui demande si l’investissement à risque ne l’effraie pas, Julien nous répond de façon pragmatique : "Je suis bien conscient qu’il s’agit d’un investissement à risque, mais c’est le cas pour tout investissement en actions. Je suis prêt à prendre ce risque quand il s’agit d’investir dans une coopérative avec une mission comme celle d’Alterfin ! Et vous ?"


"A chaque Assemblée Générale, nous constatons que nous avons fait le bon choix."

"Il y a plus de 12 ans, mon mari et moi, nous avons cherché à investir notre argent de manière éthique. » nous raconte Martiale Ferauge Poismans. « Par chance, nous avons découvert Alterfin et constaté que nos critères étaient respectés dans cet organisme encore tout jeune."

"A chaque Assemblée Générale, nous constatons que nous avons fait le bon choix. Quel bonheur de voir la fierté de ces cultivateurs ou artisans lorsqu’ils font le bilan de leur parcours depuis l’octroi d’un microcrédit. L’assurance de pouvoir nourrir leur famille, d’envoyer les enfants à l’école et de développer leurs propres connaissances leur donne un sentiment de dignité retrouvée qui devrait être un droit pour tout être humain."


Coopérateur d'Alterfin

"Chez Alterfin, j'investis mon argent de manière éthique"

Depuis la crise financière, Marie-Claire Renneson a cherché à investir son argent de manière éthique. Elle détient aujourd’hui des actions Alterfin, un compte à la banque Triodos et des parts de nombreuses autres coopératives. "Chez Alterfin, on sait que son argent est utilisé dans des projets durables dans le Sud. Je préfère investir chez Alterfin que de laisser mon argent sur un compte d’épargne qui, d’ailleurs, rapporte moins." nous explique-t-elle. "Et même si le dividende baisse ou s’il ne devait pas y en avoir, je préfère investir mon argent chez Alterfin et contribuer ainsi à sa mission sociale" poursuit-elle. "En investissant chez Alterfin, je donne la possibilité à de nombreuses personnes du Sud de lancer une activité économique et de la faire croître".

Marie-Claire a également assisté aux deux dernières Assemblées Générales (AG) d’Alterfin et aux discussions qui les suivent. "Le témoignage de l’agricultrice péruvienne invitée lors de la dernière AG m’a beaucoup touchée. Je garde un sentiment de réel partage lors des Assemblées. Les partenaires du Sud présents expliquent comment ils travaillent et quel rôle Alterfin joue dans leur vie. C’est une occasion idéale de voir où va son argent et aussi pour les partenaires de rencontrer les gens qui investissent dans leurs projets. On y croise des gens de tout horizon et on a la chance de poser des questions et d’échanger des idées. L’ambiance est toujours décontractée et sans prétention et les petits plats exotiques servis sont délicieux !" conclut-elle avec humour.


"Alterfin est mon placement social"

Investissement éthiqueTom Beirnaert a travaillé en tant que courtier pour une grande institution financière et il est devenu coopérateur d’Alterfin pour le rendement social des actions d’Alterfin. "J’ai toujours fait de nombreux dons à des associations caritatives mais les dons ne résolvent pas tous les problèmes. C’est lors d’un voyage au Cambodge et au Laos que j’ai découvert le principe de la microfinance et que j’ai mieux réalisé les différences économiques entre le Nord et le Sud. J’ai entendu parler d’Alterfin via une publicité et j’ai analysé ses comptes avant d’y investir. Le cashflow est stable, le dividende est bon et la coopérative est gérée en bon père de famille. J’ai d’ailleurs convaincu deux amis de devenir aussi coopérateurs d’Alterfin."

 


"Le concept ‘win-win’ m’a immédiatement séduit"

Coopératrice

"J’ai découvert la microfinance via un reportage-télé qui m’a fortement intéressé. Quand j’ai appris via une connaissance que la microfinance était l’un des secteurs dans lequel Alterfin était actif, j’ai tout de suite investi." nous explique Roxane van der Gracht, une jeune employée dans le secteur de la mode.  "En souscrivant à des actions, je donne la possibilité à des agriculteurs de se construire un meilleur avenir et de mon côté, j’obtiens un rendement financier sur mon investissement; ce concept "win-win" m’a immédiatement séduit !" nous confie-t-elle.

 


"Alterfin est une organisation qui inspire confiance"

Actionnaire d'Alterfin

Philippe Cracco est actionnaire d’Alterfin depuis 2010. Il a rejoint notre coopérative par souhait d’investir son argent de manière éthique. "J’ai entendu parler d’investissements éthiques via BNP Paribas Fortis à l’époque encore sous le nom de Générale de Banque. En investissant dans leur fonds "AlterVision", une partie des frais d’entrée était reversée à Alterfin. Plus tard, j’ai décidé d’investir directement chez Alterfin." se souvient Philippe Cracco. "J’ai toujours soutenu des causes sociales et fait aussi des dons pour des enfants orphelins en Afrique. En investissant dans Alterfin, je participe à une mission sociale de manière durable." nous explique-t-il.

A la question s’il ne redoute pas de perdre les sommes investies chez Alterfin, son message est clair : "Non, je n’ai pas peur de perdre l’argent investi. Alterfin est transparante dans sa gestion, les coopérateurs sont tenus informés des activités via la lettre d'info. Alterfin est une organisation qui inspire confiance."

Je deviens aussi coopérateur d'Alterfin

info [at] alterfin [dot] be (Vous désirez témoigner ?)

Je m'inscris à l'Alterfin Info

Login